LA GAZETTE DE FRANCE

VENEZ VOUS DETENDRE AVEC NOUS
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Infarctus.......

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petit jean
Admin


Messages : 176
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: Infarctus.......   Dim 5 Mar - 15:28

Définition d'un infarctus

Un infarctus survient habituellement lorsqu'un caillot sanguin bloque la circulation du sang dans une artère coronaire - un vaisseau sanguin qui alimente en sang une partie du muscle cardiaque. Le flux sanguin interrompu peut endommager ou détruire une partie du muscle cardiaque.

L’infarctus, également appelé infarctus du myocarde, peut être fatal. C'est souvent parce que les gens confondent leurs symptômes avec une maladie bénigne, comme une indigestion, qu’ils tardent à aller à l'hôpital et sont traités trop tard ou plus tard qu'ils le pourraient.

Le traitement de l’infarctus s'est considérablement amélioré au fil des ans. Il est crucial de reconnaître les symptômes rapidement et d’ appeler le 15 (SAMU) ou  un médecin d'urgence si vous pensez que vous pourriez être victime d'un infarctus.





Votre style de vie global - ce que vous mangez, combien de fois vous faites de l’exercice et la façon dont vous gérez le stress - joue un rôle dans votre récupération après un infarctus. En outre, un mode de vie sain peut vous aider à prévenir un infarctus en contrôlant les facteurs de risque qui contribuent au rétrécissement des artères coronaires qui irriguent le cœur.

Quels sont les symptômes d'un infarctus ?

Les symptômes courants d'un infarctus sont :

Une sensation d’oppression ou une douleur dans le centre de la poitrine qui dure plus de quelques minutes.
La douleur s'étend au-delà de votre poitrine à l'épaule, le bras, le dos, ou même vers vos dents et votre mâchoire.
L'augmentation des épisodes douloureux au niveau de la poitrine.
Une douleur prolongée dans la partie supérieure de l’abdomen.
L’essoufflement.
La transpiration.
La sensation d'une catastrophe imminente.
L’évanouissement.
Des nausées et des vomissements.
Certains signes et symptômes d'un infarctus chez les femmes peuvent être  additionnels à ceux présentés ci-dessus, ou différents, tels que :

Des brûlures d'estomac ou douleurs abdominales.
La peau moite et froide.
Des étourdissements.
Une fatigue inhabituelle ou inexpliquée.






Les variations des symptômes d’un infarctus

Toutes les personnes qui font un infarctus n’éprouvent pas les mêmes symptômes ou n’en font pas toutes l'expérience au même degré. De nombreuses manifestations d’infarctus ne sont pas aussi spectaculaires que ceux que vous avez vus à la télévision. Certaines personnes ne présentent aucun symptôme du tout. Pourtant, plus vous présentez les signes et les symptômes précédemment évoqués, et plus grande est la probabilité que vous puissiez être victime d’un infarctus.

Un infarctus peut survenir à tout moment - au travail ou en dehors, pendant que vous êtes au repos, ou lorsque vous êtes en mouvement. Certains infarctus frappent soudainement, mais beaucoup de gens qui en sont victimes ont des signes avant-coureurs et des symptômes, des heures, des jours, voire des semaines à l'avance.

La première alerte d'un infarctus peut être une douleur thoracique récurrente (une angine de poitrine) qui est déclenchée par l'effort et soulagée par le repos. L'angine est causée par une diminution temporaire du flux sanguin vers le cœur.

Beaucoup de gens confondent un infarctus avec une pathologie pour laquelle votre cœur s'arrête soudainement (arrêt cardiaque). Un arrêt cardiaque soudain se produit lorsqu’une perturbation électrique dans votre cœur trouble son action de pompage, arrêtant l’écoulement du sang dans le reste de votre corps. L’infarctus est la cause la plus commune, mais pas la seule, d'un arrêt cardiaque.

Consultation médicale pour un infarctus

Lors d'une attaque cardiaque, il est indiqué d'agir immédiatement. Beaucoup de gens attendent trop longtemps, car ils ne reconnaissent pas les signes et les symptômes. Suivez ces étapes:

Demandez une assistance médicale d'urgence. Si vous croyez que vous êtes victime d'un infarctus, n'hésitez pas. Appelez immédiatement le 15 (SAMU) ou votre numéro d'urgence local. Si vous n'avez pas accès à des services médicaux d'urgence, faites-vous conduire à l'hôpital le plus proche. Conduisez vous-même en dernier recours, s’il n'y a absolument pas d'autres options. Conduire vous-même met les autres en danger si votre état s'aggrave soudainement.
Prenez de la nitroglycérine (NTG) si elle est vous a été prescrite. Si votre médecin vous a prescrit de la nitroglycérine, prenez-en comme indiqué dans l'attente de l'arrivée du personnel médical d'urgence.
Prenez de l'aspirine si cela est recommandé. Si vous êtes préoccupé par votre risque d’infarctus, demandez à votre médecin son aval quant à la prise d’aspirine. Prendre de l'aspirine au cours d'un infarctus pourrait réduire les dommages à votre cœur en rendant votre sang moins susceptible de coaguler. L'aspirine peut interagir avec d'autres médicaments, cependant, il ne faut pas en prendre à moins d’une recommandation expresse de votre médecin ou du personnel médical d'urgence. Ne tardez pas à appeler le 15.
Que faire si vous voyez quelqu'un faire un infarctus ?

Si vous rencontrez quelqu'un qui est inconscient du fait d'un présumé infarctus, demandez une aide médicale d'urgence. Si vous avez reçu une formation sur les procédures d'urgence, commencer la réanimation cardiorespiratoire (RCR). Cela permet de fournir de l'oxygène au corps et au cerveau.

Si vous avez reçu une formation sur les procédures d’urgence, vous devriez commencer la RCP avec des compressions thoraciques. Appuyez environ à 5 cm de profondeur  pour chaque compression sur la poitrine de la personne à raison d'environ 100 compressions par minute. Si vous avez été formé en RCR, vérifiez les voies respiratoires de la personne et fournissez des insufflations toutes les 30 compressions. Si vous n'avez pas été formé, faites seulement des compressions.

Dans les premières minutes, un infarctus peut aussi déclencher une fibrillation ventriculaire, un trouble du rythme cardiaque pour lequel les massages cardiaques sont inutiles. Sans traitement immédiat, la fibrillation ventriculaire peut conduire à la mort subite.

L'utilisation opportune d'un défibrillateur automatique externe (DAE), qui choque le cœur et le ramène à un rythme normal peut fournir un traitement d'urgence avant qu'une personne ayant un infarctus n’arrive à l'hôpital.









Quelles sont les causes d'un infarctus ?

Un infarctus survient lorsque l'une ou plusieurs des artères alimentant votre cœur avec du sang riche en oxygène (artères coronaires) vient à se boucher. Au fil du temps, une artère coronaire peut se rétrécir à cause de l'accumulation de cholestérol. Cette accumulation - connue communément sous forme de plaques - dans les artères est appelée athérosclérose.

Lors d'un infarctus, une de ces plaques peut se rompre et entraîner la formation d’un caillot sanguin sur le site de la rupture. Selon la taille du caillot, s’il est suffisamment grand, il peut bloquer complètement l'écoulement du sang à travers l'artère.

Lorsque les artères coronaires sont rétrécies par l'athérosclérose, la pathologie est connue comme étant la maladie de l'artère coronaire (maladie coronarienne). La maladie coronarienne est la cause sous-jacente de la plupart des infarctus.

Une cause rare d'un infarctus est un spasme d'une artère coronaire qui arrête le flux sanguin vers une partie du muscle cardiaque. Les drogues, comme la cocaïne, peuvent causer un tel spasme et mettre la vie en danger.

Un infarctus peut également survenir en raison d'une déchirure dans l'artère du cœur (dissection des artères coronaires).

D'autres causes rares d’infarctus comprennent la présence de petits caillots de sang ou de tumeurs qui ont transité dans d'autres parties du corps (embolie coronaire).

Un infarctus est l'aboutissement d'un processus qui évolue généralement sur plusieurs heures. À chaque minute qui passe, plus nombreux sont les tissus cardiaques privés de sang, qui se détériorent ou meurent. Toutefois, si le flux sanguin peut être rétabli à temps, les lésions cardiaques peuvent être limitées.







Quels sont les facteurs de risques d'un infarctus ?

Certains facteurs contribuent à l'accumulation de dépôts graisseux indésirables (athérosclérose) qui rétrécissent les artères dans tout votre corps, y compris les artères de votre cœur.

Vous pouvez améliorer ou éliminer bon nombre de ces facteurs de risque et réduire vos chances d'avoir un infarctus initial ou subséquent.

Les facteurs de risque d’infarctus sont:

L’âge. Les hommes qui ont 45 ans ou plus et les femmes âgées de 55 ans ou plus sont plus susceptibles d'avoir un infarctus que les jeunes hommes et femmes.
Le tabac. Fumer et l'exposition à long terme à la fumée secondaire entraînent des dommages aux parois intérieures des artères - y compris des artères de votre cœur – augmentant les possibilités de dépôts de cholestérol et d'autres substances qui ralentissent le flux sanguin. Le tabagisme augmente également le risque de formation de caillots sanguins pouvant provoquer un infarctus.
Le diabète. Le diabète est l'incapacité du corps à produire de l'insuline de façon adéquate ou à réagir à l'insuline correctement. L'insuline, une hormone sécrétée par le pancréas, permet à votre corps d’utiliser le glucose, qui est une forme de sucre dans les aliments. Le diabète peut se manifester dès l'enfance, mais il apparaît le plus souvent à un âge moyen et chez les personnes en surpoids. Le diabète augmente considérablement votre risque d’infarctus.
Une pression artérielle élevée. Au fil du temps, l'hypertension artérielle peut endommager les artères qui alimentent le cœur en accélérant l'athérosclérose. Le risque d'hypertension artérielle augmente avec l'âge, mais les principaux facteurs responsables pour la plupart des gens sont une alimentation trop riche en sel et l'embonpoint.
Un taux sanguin élevé de cholestérol ou de triglycérides. Le cholestérol est une substance grasse dont les dépôts peuvent rétrécir les artères dans tout votre corps, y compris celles qui approvisionnent et nourrissent le cœur. Un niveau élevé de mauvais type de cholestérol dans le sang augmente le risque d'un infarctus. Les lipoprotéines de basse densité (LDL) (le «mauvais» cholestérol) sont plus susceptibles de participer à l’étroitesse des artères. Un taux de cholestérol LDL élevé n'est pas souhaitable et est souvent le résultat d'une alimentation riche en graisses saturées et en cholestérol. Un niveau élevé de triglycérides, un type de graisse dans le sang lié également à votre alimentation, est également indésirable. Toutefois, un niveau élevé de lipoprotéines de haute densité (cholestérol HDL) (le «bon» cholestérol), qui aide le corps à nettoyer l'excès de cholestérol, est souhaitable et réduit votre risque d’infarctus.
Antécédents familiaux d’infarctus. Si vos frères et sœurs, parents ou grands-parents ont eu des infarctus, vous pourriez être à risque accru. Votre famille peut avoir une maladie génétique qui augmente le taux de cholestérol non désiré. L'hypertension artérielle peut également être héréditaire.
Le manque d'activités physiques. Un mode de vie sédentaire peut contribuer à des niveaux élevés de cholestérol dans le sang ainsi qu’à certaines formes d'obésité. Les personnes qui font régulièrement de l'exercice physique ont de meilleures aptitudes cardio-vasculaires, ce qui diminue leur risque global d’infarctus. L'exercice physique est également reconnu comme étant bénéfique pour abaisser la pression artérielle.
L'obésité. Les personnes obèses ont une forte proportion de graisse corporelle (un indice de masse corporelle de 30 ou plus). L'obésité augmente le risque de maladies cardiaques, car elle est généralement associée à des taux élevés de cholestérol, à l'hypertension artérielle et/ou au diabète.
Le stress. Vous pouvez répondre au stress d'une façon qui peut augmenter votre risque d’infarctus. Si vous êtes stressé, vous pouvez trop manger ou fumer sous l’effet de la tension nerveuse. Trop de stress, ainsi que la colère, peuvent également augmenter votre tension artérielle.
La consommation de drogues illicites. L’utilisation de certains stimulants comme la cocaïne ou les amphétamines peut déclencher un spasme des artères coronaires (spasme coronarien), provoquant par la suite un infarctus.






Quelles sont les complications d'un infarctus ?

Les complications d'un infarctus sont souvent liées à des dommages causés à votre cœur au cours d'un infarctus antérieur. Ces dommages peuvent entraîner les états suivants:

Des rythmes cardiaques anormaux (arythmies). Si votre muscle cardiaque est endommagé par un infarctus, il peut être sujet à des rythmes cardiaques anormaux, pouvant avoir des conséquences graves, voire mortelles.
L'insuffisance cardiaque. La quantité de tissus endommagés dans votre cœur peut être si grande que le muscle cardiaque restant apte ne peut pas fournir le travail adéquat au pompage du sang de votre cœur. Cela diminue le flux sanguin vers les tissus et organes dans tout votre corps et peut produire de l'essoufflement, de la fatigue ainsi que le gonflement de vos chevilles et des pieds. L'insuffisance cardiaque peut être un problème temporaire qui disparaît au bout d’un temps. Un cœur qui a été « surpris » par un infarctus peut récupérer en quelques jours voire en quelques semaines. Cependant, l’insuffisance cardiaque peut aussi être une maladie chronique résultant de dommages importants et irréversibles faits à votre cœur par cause de l’infarctus.
La rupture cardiaque. Les zones du muscle cardiaque affaiblies par un infarctus peuvent se rompre et se perforer. Cette rupture peut être fatale.

Des problèmes valvulaires. Les valves cardiaques endommagées lors d'un infarctus peuvent développer de graves problèmes de fuite et peuvent mettre la vie en danger.






Diagnostic d'un infarctus

Idéalement, votre médecin doit vous dépister au cours d’examens physiques réguliers afin de déterminer les facteurs de risque qui peuvent conduire à un infarctus.

Si vous êtes victime d'un infarctus ou croyez que vous êtes susceptible d’en avoir un, votre diagnostic sera très certainement établi dans un contexte d'urgence. Il vous sera alors demandé de décrire vos symptômes et seront contrôlés votre tension artérielle, votre pouls et votre température. Vous serez relié à un moniteur de fréquence cardiaque et presque immédiatement après vous devrez effectuer des tests pour voir si vous êtes en effet en passe d’avoir un infarctus.

Le personnel médical écoutera votre cœur et vos poumons à l’aide d’un stéthoscope. Il vous sera demandé vos antécédents médicaux et l'historique des maladies du cœur dans votre famille. Les tests permettront de vérifier si vos signes et symptômes tels que la douleur thoracique sont des signes d'un infarctus ou d’une autre cause.

Ces tests incluent:

Un électrocardiogramme (ECG). C'est le premier test effectué pour diagnostiquer un infarctus. Il est souvent fait pendant que l’on vous questionne sur vos symptômes, et ceci généralement par les premiers intervenants de services médicaux d'urgence. Ce test enregistre l'activité électrique de votre cœur à l’aide d’électrodes placées sur la peau. Les impulsions sont enregistrées sous forme d'ondes affichées sur un moniteur ou imprimées sur papier. Si le muscle cardiaque lésé ne peut pas conduire les impulsions électriques normalement, l'ECG peut montrer qu'un infarctus a eu lieu ou est en cours.
Des tests sanguins. Certaines enzymes cardiaques s'échappent lentement dans votre sang si votre cœur a été endommagé par un infarctus. Les médecins urgentistes prélèveront des échantillons de votre sang pour tester la présence de ces enzymes.






Infarctus : Examens complémentaires

Si vous avez eu un infarctus ou en avez un en cours, les médecins prennent alors des mesures immédiates pour vous traiter. Vous pouvez également être soumis à des examens complémentaires:

La radiographie thoracique. Une image aux rayons X de la poitrine permet de vérifier la taille de votre cœur et des vaisseaux sanguins et de rechercher la présence de liquide(s) dans les poumons.
Un échocardiogramme. Ce test utilise des ondes sonores pour produire une image de votre cœur. Au cours d'une échocardiographie, les ondes sonores sont dirigées vers votre cœur à l’aide d'un transducteur tenu sur votre poitrine. Les ondes sonores « rebondissent » sur votre cœur et se reflètent à travers votre paroi thoracique pour être traitées électroniquement et fournir ainsi des images vidéo de votre cœur. Un échocardiogramme peut aider à déterminer si une zone de votre cœur a été endommagée par un infarctus et ne pompe pas normalement ou à sa pleine capacité.
Le cathétérisme coronaire (angiographie). Ce test peut indiquer si vos artères coronaires sont rétrécies ou obstruées. Un colorant liquide est injecté dans les artères du cœur à travers un long tube mince (cathéter), généralement dans la jambe ou à l'aine. Comme le colorant remplit les artères, elles deviennent visibles aux rayons X, révélant alors les zones de blocage. En outre, alors que le cathéter est en place, votre médecin peut traiter l'obstruction en effectuant une angioplastie, également connu sous le nom dilatation de l'artère coronaire, d’angioplastie coronaire ou d'intervention coronarienne percutanée. Une angioplastie utilise des petits ballons enfilés à travers un vaisseau sanguin et dans une artère coronaire pour élargir la zone bloquée. Dans la plupart des cas, un tube à petites mailles (Stent) est également placé à l'intérieur de l'artère pour la maintenir ouverte plus largement et afin de prévenir la possibilité d’un nouveau rétrécissement.
Les exercices de soumission à l’effort. Dans les jours ou les semaines qui suivent votre infarctus, vous pourrez aussi passer un test d’effort. Ces tests évaluent la manière dont votre cœur et les vaisseaux sanguins répondent à l'effort. Vous pourrez marcher sur un tapis roulant ou pédaler sur un vélo stationnaire tout en étant lié à un appareil d'ECG. Vous pourrez également avoir à prendre un médicament par voie intraveineuse qui stimule votre cœur pendant que vous vous exercez.
Les tests d’effort aident les médecins à décider du meilleur traitement à long terme. Si votre médecin veut aussi voir des images de votre cœur pendant que vous faites de l'exercice, il peut ordonner un test pour lequel il vous sera injecté un colorant visible à l’aide de techniques d'imagerie spéciales.

La scanographie (Scaner) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Ces examens peuvent être indiqués pour diagnostiquer des problèmes cardiaques, y compris pour rendre compte de l'étendue des dommages causé par l’infarctus. Vous serez alors allongé sur une table à l'intérieur d'une machine en forme de tube. Les rayons X diffusés à l'intérieur de la machine tout autour de votre corps permettront de collecter les images de votre cœur et de votre poitrine.






Infarctus : Traitements et médicaments

Que faire si vous voyez quelqu'un faire un infarctus ?

Si vous rencontrez quelqu'un qui est inconscient du fait d'un présumé infarctus, demandez une aide médicale d'urgence. Si vous avez reçu une formation sur les procédures d'urgence, commencer la réanimation cardiorespiratoire (RCR). Cela permet de fournir de l'oxygène au corps et au cerveau.

Si vous avez été formé, vous devriez commencer la RCR avec des compressions thoraciques. Appuyez environ à 5 cm de profondeur pour chaque compression sur la poitrine de la personne à raison d'environ 100 compressions par minute. Vérifiez également les voies respiratoires de la personne et fournissez des insufflations toutes les 30 compressions. Si vous n'avez pas été formé, effectuez des compressions seules.

Prise en charge d’une attaque cardiaque dans un hôpital

Si vous êtes victime d’un infarctus, le traitement d'urgence pratiqué dans un hôpital varie en fonction de la situation. Vous pouvez être traité avec des médicaments, soumis à une intervention mini-invasive ou les deux - en fonction de la gravité de votre état et de l’intensité des dommages.







Médicaments

Chaque minute qui passe après un infarctus appauvrit en oxygène davantage de tissus cardiaques qui dès lors se détériorent ou meurent. Le principal moyen de prévenir les lésions cardiaques est de rétablir la circulation sanguine le plus rapidement possible.

Les médicaments administrés pour traiter un infarctus incluent:

L'aspirine. L'aspirine réduit la coagulation du sang, contribuant ainsi à maintenir le flux sanguin dans une artère rétrécie.
Les thrombolytiques. Ces médicaments aident à dissoudre le caillot de sang qui bloquerait le flux sanguin vers le cœur. Plus tôt vous recevez un médicament thrombolytique à la suite d'un infarctus, plus grande est la chance de survie et de réduction des dommages causés à votre cœur.
D’autres médicaments pour fluidifier le sang. Ils vous sera probablement prodigué d'autres médicaments tels que l'héparine, un anticoagulant, rendant votre sang moins susceptible de former des caillots. L'héparine est administrée par voie intraveineuse ou par injection sous la peau et est généralement utilisée lors des premiers jours après une attaque cardiaque.
Des analgésiques ou des antalgiques. Si votre douleur à la poitrine ou une douleur associée est trop importante, vous pouvez vous voir administré un antidouleur, comme la morphine, afin de réduire l'inconfort.
La nitroglycérine. Ce médicament, utilisé pour traiter les douleurs thoraciques, « ouvre » temporairement les vaisseaux sanguins artériels, améliorant la circulation sanguine vers et à partir de votre cœur.
Les bêtabloquants. Ces médicaments aident à détendre le muscle cardiaque, ralentir votre rythme cardiaque et à abaisser la pression artérielle, allégeant ainsi le travail de votre cœur. Les bêtabloquants peuvent limiter la quantité de lésions du muscle cardiaque et prévenir les infarctus.
Les hypocholestérolémiants. Ils comprennent les statines, la niacine, les fibrates et chélateurs des acides biliaires (ou séquestrants de l'acide biliaire). Ces médicaments aident à diminuer le taux de cholestérol dans le sang et peuvent être utiles si on les administre peu de temps après une attaque cardiaque.






Infarctus : Interventions chirurgicales

En plus des médicaments, vous pouvez subir l'une des procédures suivantes pour traiter votre infarctus:

L'angioplastie coronaire et pose de stent. L’angioplastie d'urgence ouvre les artères coronaires bloquées, permettant la circulation du sang vers votre cœur. Le médecin insère un tube long et mince (cathéter) et le passe à travers une artère, généralement dans la jambe ou l'aine,  en relation avec une artère bloquée dans votre cœur. Ce cathéter est équipé d'un ballon spécial. Une fois en position, le ballonnet est gonflé brièvement pour ouvrir une artère coronaire bloquée. Dans le même temps, un stent en mailles fines métalliques peut être inséré dans l'artère pour la maintenir ouverte à long terme et rétablir le flux sanguin vers le cœur. En fonction de votre état, votre médecin peut décider de placer un stent enrobé avec un médicament à libération lente pour aider à garder votre artère ouverte.
Si une angioplastie est nécessaire, le plus tôt sera le mieux pour limiter les dommages à votre cœur.

Le pontage coronarien. Dans certains cas, les médecins peuvent effectuer un pontage en urgence au moment d'un infarctus. Habituellement, votre médecin pourra vous suggérer la mise en place d’un pontage une fois votre cœur « remis » de l’infarctus.
Une fois que le flux sanguin vers le coeur est rétabli et que votre état de santé est stable après l’infarctus, vous pourrez être hospitalisé pour être mis en observation.

Infarctus : Style de vie

Comment vous vivez votre vie affecte la santé de votre cœur. Les mesures suivantes peuvent vous aider non seulement à prévenir, mais aussi à récupérer d'un infarctus:

Ne pas fumer. Si vous fumez, la chose la plus importante que vous pouvez faire pour améliorer la santé de votre cœur est d'arrêter. Il est difficile d'arrêter de fumer par vous-même, demandez conseil à votre médecin.
Évitez la fumée secondaire. La plupart des produits chimiques contenus dans les cigarettes et qui peuvent endommager vos artères sont aussi présents dans la « fumée secondaire ». Ne soyez pas un « fumeur passif »
Vérifiez votre taux de cholestérol. Vérifiez régulièrement votre taux de cholestérol en pratiquant une analyse de sang. Si le «mauvais» cholestérol est trop élevé, votre médecin peut vous prescrire des changements dans votre alimentation et des médicaments pour vous aider à en réduire la quantité et ainsi protéger votre santé cardio-vasculaire. Le nombre de fois où vous aurez besoin de vérifier votre cholestérol dépend de la hauteur du taux. Les gens qui ont un taux de cholestérol élevé devront généralement faire des tests plus fréquents.
Faites des examens médicaux réguliers. Certains des principaux facteurs de risque d’infarctus - taux élevé de cholestérol sanguin, l'hypertension artérielle et le diabète - ne provoquent aucun symptôme à un stade précoce. Votre médecin peut effectuer des tests pour vérifier que vous n’êtes pas sujet à ces facteurs de risque. S'il y a présence de l’un ou plusieurs de ces facteurs de risque, vous et votre médecin pouvez le gérer précocement pour prévenir les complications qui peuvent conduire à un infarctus.
Contrôlez votre tension artérielle. Vérifier votre tension artérielle tous les deux ans au minimum. Votre médecin peut recommander une mesure plus fréquente si vous avez une tension artérielle élevée ou des antécédents de maladie coronarienne.
Faites régulièrement de l'exercice. L'exercice régulier contribue à améliorer la fonction du muscle cardiaque après un infarctus. L'exercice est une partie importante d'un programme de réadaptation cardiaque. L'exercice aide à prévenir un infarctus en vous aidant à atteindre et maintenir un poids idéal pour votre santé et à contrôler le diabète, l'hypercholestérolémie et l'hypertension artérielle. L'exercice ne doit pas être nécessairement trop intense. Par exemple, marcher 30 minutes par jour cinq jours par semaine peut contribuer favorablement à votre santé.
Maintenir un poids de santé. Un excès de poids est souvent corrélé à un taux de cholestérol élevé, à une hypertension artérielle et au diabète. Perdre du poids peut réduire votre risque de maladie cardiaque.
Adoptez un régime alimentaire sain pour le cœur. Trop de graisses saturées et de cholestérol dans votre alimentation peuvent contribuer à la réduction de la taille des artères de votre cœur. Si vous avez eu un infarctus, limitez les graisses et le cholestérol - et le sel. Une alimentation riche en sel peut augmenter votre tension artérielle. Demandez conseil à votre médecin et/ou un diététicien. Préparer des repas sains pour l’ensemble de la famille. Le poisson fait notamment partie d'un régime alimentaire sain pour le cœur. Il contient des acides gras oméga-3 qui contribuent à améliorer les niveaux de cholestérol sanguin et prévenir les caillots sanguins. Privilégiez également les fruits et légumes. Les fruits et légumes contiennent des antioxydants - les nutriments qui aident à prévenir l'usure quotidienne de vos artères coronaires.
Gérer le stress. Pour réduire votre risque d’infarctus, réduire le stress dans vos activités quotidiennes. Rectifiez vos habitudes de bourreau de travail et trouvez des façons saines de réduire ou de faire face aux événements stressants dans votre vie. Votre médecin pourra vous aider dans ces démarches.
Si vous buvez de l'alcool, faites-le avec modération. Avec modération, l'alcool contribue à élever les niveaux de cholestérol HDL - le «bon» cholestérol - et peut avoir un effet préventif  contre les infarctus. Les hommes ne devraient pas boire plus de deux verres par jour, et les femmes pas plus d'un verre. La consommation excessive d'alcool peut faire augmenter votre tension artérielle et votre  taux de triglycérides, ce qui augmente votre risque d’infarctus. Boire plus d'une à deux boissons alcoolisées par jour augmente la pression artérielle, réduisez donc votre consommation si nécessaire. Un verre d’alcool équivaut à 25 cl de bière, 10 cl de vin ou 2,5 cl de whisky.






Prévenir un infarctus

Il n'est jamais trop tard pour prendre des mesures pour prévenir un infarctus - même si vous en avez déjà eu un. La prise de médicaments peut réduire votre risque d’infarctus et contribuer à l’amélioration de votre fonction cardiaque endommagée. Le mode de vie joue également un rôle essentiel dans la prévention des infarctus et dans la récupération.

Médicaments

Les médecins prescrivent habituellement un traitement médicamenteux pour les personnes qui ont eu un infarctus ou qui sont à risque élevé d'en avoir un.

Parmi ces médicaments qui aident efficacement à améliorer la fonction cardiaque ou à réduire les risque d’infarctus nous retrouvons notamment :

Les médicaments pour fluidifier le sang. L'aspirine rend le sang moins "collant" et le rend moins susceptible de coaguler. Les médecins recommandent une aspirine par jour pour les personnes qui ont eu un infarctus à moins qu'ils aient une réaction allergique connue à l'aspirine ou d'autres raisons de ne pas la prendre. Si votre médecin vous a recommandé de ne pas en prendre, demandez lui en la raison.
Le médecin peut prescrire, et de l'aspirine, et un médicament anticoagulant tel que le clopidogrel (Plavix, Duoplavin), pour les personnes subissant une angioplastie ou une endoprothèse aortique (Stent), à la fois avant et après l'intervention.

Si vous prenez déjà de l'aspirine en raison d'un infarctus ou à but préventif, il faut savoir que la prise de ces anticoagulants, combinée avec de l'ibuprofène (Advil, Nuforen et autres), peut augmenter le risque de problèmes gastro-intestinaux et peut diminuer les bénéfices de la prise d’aspirine.

Si vous avez besoin de prendre un médicament antidouleur, voyez avec votre médecin quel est l’analgésique et/ou antalgique, le mieux adapté à votre cas.

Les bêtabloquants. Ces médicaments abaissent votre rythme cardiaque et la pression artérielle, et peuvent aider à prévenir les attaques cardiaques. Beaucoup de personnes devront prendre des bêtabloquants pour le reste de leur vie à la suite d'un infarctus.
Les Inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC). Les médecins prescrivent très souvent des inhibiteurs de l'Enzyme de conversion après un infarctus, en particulier pour les personnes ayant eu une attaque cardiaque modérée à sévère et qui a réduit la capacité de pompage du cœur. Ces médicaments permettent au sang de s’écouler plus facilement depuis votre cœur, et de prévenir certaines des complications de l’infarctus, réduisant aussi la probabilité d’une récidive.
Les hypocholestérolémiants. Une variété de médicaments, y compris les statines, la niacine, les fibrates et chélateurs des acides biliaires (séquestrants de l'acide biliaire), peuvent aider à réduire votre taux de cholestérol. La majorité des gens qui ont été victimes d’un infarctus doivent prendre des médicaments anti-cholestérol. Ces médicaments peuvent aider à prévenir les infarctus futurs, même si votre taux de cholestérol n'est pas très élevé au moment de l’infarctus.






Adaptation et soutien

Avoir un infarctus est une expérience effrayante. Même si votre médecin vous dit que vous êtes potentiellement à l’abri d’une récidive, il se peut que vous ayez toujours peur. Vous pourrez vous poser de nombreuses questions. Comment cela affectera votre vie? Serez-vous en mesure de revenir au travail ou de reprendre vos activités et loisirs habituels? Et si une récidive se produisait et que ses conséquences étaient encore pires ?

La peur est l'une des nombreuses émotions à laquelle vous et votre famille devez faire face. D'autres émotions pourront également survenir :

La colère. Vous pouvez être en colère en vous demandant: «Pourquoi ai-je été victime d’un infarctus, et pourquoi maintenant?" Il est normal de ressentir un certain ressentiment.
Certains membres de la famille peuvent se sentir coupables. Peur au début, puis coupable de l’infarctus par la suite. Certains peuvent même se dire qu'ils sont en quelque sorte responsables d’avoir fait quelque chose qui a provoqué votre infarctus.
La dépression. La dépression est fréquente après un infarctus. Vous pouvez penser que vous ne pouvez plus faire les choses que vous faisiez - que vous n'êtes plus la même personne que vous étiez avant l’infarctus. Des programmes de réadaptation cardiaque peuvent être efficaces dans la prévention ou le traitement de la dépression après un infarctus. Il est important de mentionner les signes ou les symptômes évocateurs de la dépression à votre médecin.
Ces sentiments sont communs. En discuter ouvertement avec votre médecin, un membre de la famille ou un ami peut vous aider à mieux y faire face. Vous devez prendre soin de vous-même aussi bien mentalement que physiquement. L'exercice et la participation à des séances de réadaptation cardiaque avec d'autres personnes qui se remettent d'un infarctus peuvent vous aider à travailler sur ce que vous ressentez.







La réadaptation cardiaque

Le but du traitement d'urgence d'un infarctus est de rétablir la circulation sanguine et d' « économiser » le tissu cardiaque.

Le but du traitement subséquent est de promouvoir la guérison de votre cœur et de prévenir un autre infarctus.

De nombreux hôpitaux offrent des programmes de réadaptation cardiaque qui peuvent commencer alors que vous êtes à l'hôpital et, selon la gravité de votre attaque, continuer pendant des semaines voire des mois après votre retour chez vous. Les programmes de réadaptation cardiaque mettent généralement l'accent sur trois domaines principaux - les médicaments, les changements de mode de vie et des problèmes émotionnels.

Rapports sexuels et infarctus

Beaucoup de gens craignent que les rapports sexuels après un infarctus soient trop intenses pour leur cœur. Cependant, la plupart des gens peuvent avoir une activité sexuelle normale après s'être remis d'un infarctus. Chaque cas est différent, et dépendra du niveau de confort physique de la personne, de sa préparation psychologique et de la fréquence des activités sexuelles.

D'une certaine façon, l'activité sexuelle entraîne des modifications physiologiques semblables à tout autre effort physique – augmentation de votre rythme cardiaque, du rythme respiratoire et augmentation de la pression artérielle.

Demandez à votre médecin quand il est plus sûr de reprendre une activité sexuelle. Avec le temps, vous serez probablement en mesure de reprendre vos habitudes sexuelles « normales ».

Certains médicaments pour traiter le rythme cardiaque, comme les bêtabloquants, peuvent affecter la fonction sexuelle. Cependant, la dysfonction sexuelle après un infarctus est le plus souvent due à une dépression ou à une anxiété plutôt qu’aux médicaments. Si vous avez des problèmes de dysfonction sexuelle suite à un infarctus, parlez-en à votre médecin. Il ou elle peut être en mesure de vous aider à identifier le problème et à en chercher le traitement approprié.



 

Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant un infarctus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-gazette-de-france.forumactif.com
 
Infarctus.......
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A mes amis...
» Réponde du papa à la lettre à maman
» Survivre a un A.C.V
» 4 février - Ne t'en va pas !
» Les Bienfaits de l'aspirine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA GAZETTE DE FRANCE :: Infarctus-
Sauter vers: