LA GAZETTE DE FRANCE

VENEZ VOUS DETENDRE AVEC NOUS
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 cancer..........

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petit jean
Admin


Messages : 176
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: cancer..........   Dim 5 Mar - 15:39

Leurs défis sont nombreux au sein des quelque 130 laboratoires de l’Institut Pasteur. Ils vont de la compréhension des mécanismes du vivant à la recherche de nouveaux moyens de lutte contre les maladies. A titre d’exemple, quatre chercheurs vous parlent ici de leurs espoirs contre les cancers, les maladies du cerveau, les maladies infectieuses, ainsi que des promesses de la médecine régénératrice.

Combattre les cancers

Une vingtaine d’unités est impliquée dans la recherche contre les cancers à l’Institut Pasteur : cancers d’origine infectieuse (15% des cancers) comme le cancer du foie liée aux hépatites B ou C ou le cancer de l’estomac associé à la bactérie Helicobacter pylori, tumeurs du cerveau (gliomes), leucémies et lymphomes, etc. Les travaux vont de la compréhension des mécanismes de cancérisation à la mise au point de nouveaux traitements et de tests diagnostiques ou pronostiques.



LES CHIFFRES
365 000

NOUVEAUX CAS
PAR AN
EN FRANCE

25 000 000
DE PERSONNES
TOUCHÉES
DANS LE MONDE

8 000 000
DÉCÈS PAR AN


Le Pr Claude Leclerc, responsable de l’unité de Régulation immunitaire et vaccinologie, mène des recherches sur des vaccins thérapeutiques contre les cancers :


Claude Leclerc, chef de l'unité Régulation immunitaire et vaccinologie à l'Institut Pasteur - Institut Pasteur
« Je travaille depuis une quinzaine d’années sur la vaccination thérapeutique contre le cancer. Contrairement à un vaccin préventif, qui empêche la maladie, un vaccin thérapeutique serait utilisé quand la maladie est déjà déclarée, en complément de la chirurgie, de la radiothérapie ou de la chimiothérapie. Cette stratégie vise à stimuler les défenses immunitaires des patients contre leurs cellules tumorales et permettrait de plus de prévenir les rechutes. Une telle immunothérapie a potentiellement l’immense avantage de déclencher chez le patient des réponses durables (comme la plupart des vaccins). Dans mon laboratoire, deux candidats vaccins thérapeutiques anti-cancers ont été mis au point en collaboration avec d’autres équipes pasteuriennes. Ces vaccins font actuellement l’objet d’essais cliniques contre le cancer du col de l’utérus et contre le cancer du sein (MAG-Tn3), grâce notamment pour ce dernier au soutien des donateurs. Nous espérons à terme pouvoir fournir de nouvelles armes à l’arsenal des traitements anti-cancer actuels, au bénéfice des patients. »






L’espoir de thérapies nouvelles contre les maladies du cerveau

D’importantes recherches sur le cerveau sont menées à l’Institut Pasteur, au sein de son département Neuroscience. Certaines concernent des problèmes de santé publique majeurs : maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson...), autisme, surdités, dépression, tabagisme…

Le Pr Pierre-Marie Lledo, responsable de l’unité Perception et mémoire et directeur du département Neuroscience à l’Institut Pasteur, nous parle de nouvelles stratégies thérapeutiques contre les maladies neurodégénératives :

Pierre-Marie Lledo, chef de l'unité Perception et mémoire à l'Institut Pasteur - Institut Pasteur
"En 2003, nous avons découvert quelles étaient les fonctions des nouveaux neurones dans le cerveau adulte. Cette découverte a eu deux conséquences majeures. D’une part sur le plan fondamental : elle a conduit à percevoir le cerveau adulte comme un objet dynamique, et non inerte, et à chercher à comprendre, par exemple, comment la mémoire fonctionne à l’aide de ces nouveaux neurones. D’autre part, sur le plan de la santé publique : elle a permis d’imaginer des stratégies nouvelles visant à stimuler dans le cerveau la production de nouveaux neurones pour réparer les circuits qui sont défaillants, comme c’est le cas dans les maladies neurodégénératives. Nous cherchons donc les moyens de stimuler cette production de nouveaux neurones, puis de les acheminer dans les circuits à « réparer » et enfin de forcer leur intégration et leur survie dans ces circuits défaillants. Des champs extraordinaires se sont donc ouverts tant pour comprendre comment une personne peut retenir de l’information toute sa vie que pour apporter les bases de nouvelles stratégies thérapeutiques pour toutes les maladies dites neurodégénératives. »


Des cellules souches à la médecine régénératrice

LES CHIFFRES
100 000 MILLIARDS
DE CELLULES


200 TYPES
CELLULAIRES
DIFFÉRENTS DANS LE CORPS HUMAIN
L’Institut Pasteur a lancé en 2012 un réseau de recherche français sur les cellules souches et la médecine « régénératrice » (REVIVE) en vue de promouvoir la conception de nouvelles thérapies qui pourraient s’appliquer à de très nombreuses maladies (diabète, infarctus, Parkinson…). Il s’agit aujourd’hui d’un formidable enjeu pour la recherche médicale.

Le Pr Shahragim Tajbakhsh, directeur du département de Biologie du développement et cellules souches et co-coordinateur du Labex REVIVE :

Shahragim Tajbakhsh, chef de l'unité Cellules souches et développement à l'Institut Pasteur - Institut Pasteur
« Le réseau REVIVE mobilise une quinzaine d’équipes de l’Institut Pasteur et des partenaires extérieurs. Il s’agit pour nous de donner les moyens aux médecins de « réparer » les tissus et les organes de notre corps détruits par une maladie ou un accident à l’aide des cellules souches que nous étudions dans nos laboratoires. Des essais cliniques de cette thérapie cellulaire sont déjà en cours dans le monde, pour restaurer la vision en régénérant la cornée ou remplacer la peau chez des grands brûlés par exemple. Nos recherches fondamentales sont absolument indispensables pour rendre la thérapie par les cellules souches efficace et largement appliquée. Nous cherchons notamment des solutions pour lever certains freins qui limitent encore aujourd’hui l’essor de cette médecine régénératrice que les médecins pourront appliquer aux patients. À terme, les cellules souches pourraient permettre de renforcer les défenses naturelles de notre corps qui s’affaiblissent avec l’âge, de régénérer des zones lésées du cerveau ou de reconstituer des tissus ou des organes après un accident invalidant. »


Lutter contre les maladies infectieuses

LES CHIFFRES
35 000 000
DE PERSONNES VIVENT AVEC LE VIH/SIDA
DANS LE MONDE

1 000 000
DE DÉCÈS / AN
DANS LE MONDE
Grippe, Ebola, tuberculose, paludisme, Zika, sida, infections nosocomiales… : l’Institut Pasteur est particulièrement investi dans la lutte contre les maladies infectieuses, ces maladies dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des champignons. Il joue par exemple un rôle essentiel dans la recherche sur le sida. Le virus en cause, le VIH, a été isolé par ses chercheurs en 1983. Deux d’entre eux, Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, ont reçu en 2008 le prix Nobel de médecine pour cette avancée majeure. Plusieurs équipes de l’Institut Pasteur restent mobilisées pour combattre ce grave problème de santé publique.

Michaela Muller-Trutwin, responsable de l’Unité HIV, Inflammation et persistance, évoque l’enjeu de ces recherches :


Michaela Muller-Trutwin, responsable de l'unité HIV, inflammation et persistance à l'Institut Pasteur - Institut Pasteur
« En France, le nombre de nouveaux cas d’infection par le VIH chaque année ne diminue pas. Il est plus urgent que jamais de trouver un vaccin contre le VIH. Quant aux traitements anti-rétroviraux, ils sont très efficaces pour bloquer la réplication du virus, mais chez certains patients, le risque de développer des maladies telles que le cancer persiste. Nous cherchons l’explication de ce phénomène pour pouvoir mieux traiter les patients.
Nos résultats ont contribué à montrer que le traitement précoce améliore considérablement l’espérance de vie des personnes séropositives, conduisant l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à recommander de mettre chaque patient le plus tôt possible sous traitement. C’est un progrès majeur mais il représente un fardeau économique encore plus important pour chaque pays car ces traitements sont très chers et les patients doivent les prendre toute leur vie. C’est pourquoi nous travaillons à mettre au point des thérapies nouvelles qui permettraient aux patients d’arrêter leur traitement sans risque pour eux et leur entourage. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-gazette-de-france.forumactif.com
 
cancer..........
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA GAZETTE DE FRANCE :: Cancers-
Sauter vers: