LA GAZETTE DE FRANCE

VENEZ VOIR NOTRE GAZETTE
 
AccueilCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Mots-clés
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine
http://localhost:44117/orqotlzgtxhnk1w9sjwgnyprdnswqaxu/blockpage?id=7azgc0k06yi817ueblalrzncqq7p1tcv

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 des grands prédateurs,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petit jean
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR
avatar

Messages : 443
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: des grands prédateurs,   Sam 23 Sep - 12:50

Le gouffre, le parapluie et le bipède

Nous sommes au bord d’un gouffre.

D’après le WWF, les effectifs des vertébrés ont fondu de 58% depuis 1970. Les scientifiques montrent que le rythme de disparition des espèces est 100 à 1000 fois plus rapide que la normale, et que nous avons entamé la 6ème grande crise d’extinction massive depuis 540 millions d’années.

Face à ce constat désespérant, la protection de nos grands prédateurs est une résistance indispensable.

Mais certains nous diront « oui mais pourquoi les grands prédateurs, alors qu’il y a tant d’espèces à protéger ? ».

Justement, ils sont parmi les plus menacés dans le monde de part leurs effectifs et leur prolificité naturellement plus faible que les herbivores, et du fait des conflits avec nos sociétés humaines.

Et ils sont des espèces parapluie. Pas seulement au sens où on l’entend habituellement, mais aussi au sens de notre vision du monde, nous, l’espèce Homo sapiens.

C’est notre vision du monde depuis le néolithique qui nous a amené au bord du gouffre. Il s’agirait alors de remettre en cause 6 000 à 10 000 ans d’anthropocentrisme. Rien que ça…

Nous ne sommes pas propriétaires de la planète, mais seulement des locataires indélicats. Il est vital, vital pour la vie sur Terre, que nous adoptions un autre angle de vision, un autre paradigme, « une autre façon de voir la même chose » comme l’a si justement formulé Fabrice Nicolino.

Contrairement à ce que certains voudraient nous faire dire, il ne s’agit pas de revenir au temps d’avant le néolithique. A 7 milliards de bipèdes, ce n’est pas possible. Mais d’infléchir notre course, penser un monde où nos colocataires sur Terre – qui sont nos frères, nos cousins – y auraient toute leur place, où nous n’aurions pas à « gérer » chaque mètre carré.

C’est là que nos grands prédateurs interviennent. Car ils cristallisent ces vieux conflits issus de cette vision périmée du monde, et précisément ce sont eux qui nous feront changer. Espèces parapluie des autres espèces, dans notre mental. Comme une naissance douloureuse d’un nouveau monde, leur acceptation représente la tête : une fois passée, le reste suit plus facilement.

Pour un humanisme élargi aux animaux, aux végétaux, à la biosphère et ses grands équilibres dynamiques que nous déstabilisons. Car ils méritent compassion et bienveillance.

La pente est rude pour y parvenir. Elle est pavée d’éboulis instables qui nous font parfois faire trois pas en arrière. Mais il faut s’accrocher et repartir, ne rien lâcher. Et regarder la crête, tout là-haut…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-gazette-de-france.forumactif.com
 
des grands prédateurs,
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disparition des grands prédateurs
» Comment trouver le+ de mes arrieres grands parents
» les vitrines de noel des grands magasins (à Paris)
» Quels sont les grands pays producteurs de petrol
» Les grands disparus français de l'année 2007

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LA GAZETTE DE FRANCE :: PRESSE :: France-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: