LA GAZETTE DE FRANCE

VENEZ VOUS DETENDRE AVEC NOUS
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Les grands défis de demain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petit jean
Admin


Messages : 176
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: Les grands défis de demain   Ven 3 Mar - 15:20

Dans tous les domaines, des chercheurs étudient la nature pour trouver des réponses aux grands défis de demain, que se soit pour se nourrir, se soigner, se déplacer ou encore bâtir nos maisons - On parle de "biomimétisme". À leur grand étonnement, ils constatent que des réponses sophistiquées existent déjà, il suffit de les décoder pour les reproduire.
La nature, un réservoir d'idées pour les chercheurs :
Aérodynamisme et peau du requin, solidité et résistance de la toile d'araignée, quantité d'informations stockées par l'ADN, performance de l'écosystème corallien, efficacité de la production d'énergie par la feuille.
Les 1001 idées de la nature


Un cas, en particulier, donne du "fil à retordre" aux chercheurs : celui de l'araignée

Le biomimétisme pourrait en effet réhabiliter l'araignée, une de ces bestioles malaimées et pourtant indispensables à la vie sur terre. On en compte 35000 espèces connues et peut-être autant restant à découvrir. Sans elles, nous serions envahis de moustiques ou autres mouches et l'agriculteur serait privé d'un auxiliaire indispensable.
L'ensemble, ou presque, des 50 000 espèces d'araignées existantes, est capable de produire de la soie. Il existe mille et une toiles différentes, propre à chaque espèce et d'utilité diverses. Les araignées construisent des toiles pour se nourrir, se reproduire, se protéger, se fabriquer des nids etc... L'épeire diadème est une araignée qui bâtit sa toile en 1 h environ, suivant un rituel très précis, et en produisant 30 m de fil de soie.

Mais c'est à la soie, qui est la base de vie de l'araignée, que les chercheurs s'intéressent plus particulièrement. La soie lui permet de se nourrir mais aussi de se reproduire. Lors de la parade nuptiale, la femelle entrelace la soie de phéromones pour attirer le mâle. Le mâle dépose dans un petit paquet de soie du sperme qu'il insère dans le corps de la femelle, lui évitant de s'approcher trop près et d'être dévoré !!

Des laboratoires de recherche élèvent et observent des araignées cherchant à comprendre comment cette petite bestiole est capable, à partir de moustiques et de grillons de produire un matériau bien plus performant que notre industrie de pointe utilisant des énergies fossiles, des polluants à des températures extrêmes.


Fonction de bio-indicateur


La toile d'abord est un bio-indicateur intéressant. Exposée à un toxique, l'araignée tisse une toile anormale. A chaque toxique la toile délivre un message différent :

- avec la marijuana, l'araignée ne finit pas sa toile,
- avec un somnifère, elle ne tisse pratiquement pas,
- avec la Benzédrine (amphétamine), elle produit une toile comportant de gros trous et le tissage est incohérent,
- avec la caféine, l'araignée semble disposer ses fils pour une large partie au hasard, ou alors elle tisse sans continuité avec le début de la toile.


Les chercheurs de la NASA s'appliquent à mettre au point un logiciel mesurant la toxicité des molécules à partir de l'analyse des toiles réalisées par des araignées exposées à de nouvelles molécules.

La soie d'araignée un matériau de haute technologie


Cette toile tissée avec une soie aux propriétés étonnantes est bien supérieure à nos fibres technologiques et plus solide qu'un fil d'acier ! L'araignée produit 6 fils différents selon les besoins à partir de 6 glandes internes spécialisées.
Dans les glandes de l'araignée, la soie est une solution de protéines liquides, ensuite elle est passe dans un canal étroit avant d'être pressée et extrudée par une des 6 filières. Elle ressort sous forme d'une fibre très ordonnée, quasiment imperméable et insoluble.
C'est cette transformation qui trouble nos chercheurs et qu'ils essaient de comprendre. La soie passe d'une phase liquide dans laquelle les molécules sont disposées de façon aléatoire à une phase cristalline où les molécules sont organisées de façon régulière pour finir en composite (cristal-liquide) avec une orientation des molécules ordonnées et une position aléatoire. Deux matériaux en un.



Au final, la soie est à la fois solide et résistante et possède une capacité de résilience : le trio gagnant d'un matériau performant.
La soie est 5 fois plus solide que l'acier car capable d'absorber un impact 5 fois plus fort sans casser, elle peut s'allonger de 40% de sa longueur et retrouver sa forme (résilience). Une autre caractéristique importante c'est sa transition vitreuse exceptionnellement basse, qui lui permet de garder ses propriétés physiques et chimiques à des températures très basses.
Le matériau dont nous disposons qui se rapproche le plus de la qualité de la soie actuellement, c'est le Kevlar polyaramide dont on se sert pour faire les gilets pare balle !
Mais pour fabriquer ce matériau, nous utilisons du pétrole, de l'acide sulfurique que nous faisons chauffer à plusieurs centaines de degrés dans une cuve pressurisée, sans pour autant atteindre l'ensemble des qualités physico-chimiques de la soie d'araignée.

Pistes d'avenir


La difficulté est de produire à grande échelle de la soie d'araignée, l'élevage d'araignées ne semble pas possible, cet animal est solitaire ce qui exclut son élevage intensif.
Des essais sont en cours, consistant, à partir de fragments d'ADN, à modifier génétiquement des brebis ou des vaches pour obtenir un lait ayant la propriété de produire de la soie. D'autres chercheurs essaient de comprendre comment les acides aminés sont modifiés dans leur forme et leur positionnement spatial pour reproduire chimiquement de la soie d'araignée.


Utilisations possibles de ce matériau


Bien évidemment elle sont nombreuses, l'armée travaille sur la fabrication de sandows servant d'amortisseurs aux avions qui atterrissent sur les porte-avions, ou encore de tissus pare-balles très légers pour les soldats, de suspentes de parachutes qui affrontent des températures extrêmes et qui ont besoin d'élasticité, de solidité et de résilience
Dans le civil, on pense aux câbles des ponts suspendus, aux ligaments artificiels et fils de sutures et à toutes sortes de matériaux ayant besoin des propriétés exceptionnelles de la soie d'araignée.



Le pont Norbert Thoukour, construit en Leprechaunie afin d'impressionner ce peuple après sa découverte par Norbert Thoukour en Messidor III, est un exemple monumental de la technique lutine, en particulier avec l'utilisation pour la première fois de câbles en soie d'araignée.


Le biomimétisme est une nouvelle discipline scientifique, c'est aussi une philosophie qui nous invite à un autre regard sur la nature et sur notre mode de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-gazette-de-france.forumactif.com
 
Les grands défis de demain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Les Grands romans populaires (Rouff)
» [Périodique] Grands feuilletons du jeudi
» La montre des Grands Hommes [historique]
» URGENT demain disneyland paris !!
» [GRANDS CHAMPIONS/SCHLEICH] ceux de Tite Cinière surtout ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA GAZETTE DE FRANCE :: Chaumière-
Sauter vers: